*Tshisekedi face à la jeunesse : des failles du secteur de sous-traitance, écueil pour l’émergence des jeunes*

0

 

Des jeunes congolais ont, présenté au Président Félix Tshisekedi, des failles dans le secteur de sous-traitance, comme obstacle à l’émergence des jeunes Congolais.

Il s’agit entre autres du non-respect par plusieurs entreprises étrangères installées au pays et du fait que les commandes de l’Autorité de Régulation de la Sous-Traitance dans le secteur Privé (ARPS) sont tenus par un stagiaire.

Ces jeunes se sont ainsi exprimé lors d’une rencontre dénommée «Le Président de la république face à la jeunesse », le mercredi 30 novembre dans la salle des plénières de l’Assemblée nationale, au Palais du peuple.

*La sous-traitance, une affaire de gros sous*
S’adressant au Chef de l’Etat dans la salle, un entrepreneur a lâché: «Vous nous avez promis de créer une classe de millionnaires congolais, cela n’est possible qu’au travers de la promotion de l’entrepreneuriat.

Mais il se fait que, selon des chiffres que nous avons, la sous-traitance aujourd’hui au Congo est une affaire de 7 milliards de dollars l’an. Ce n’est pas normal. La sous-traitance congolaise fabrique chaque jour un millionnaire sud-africain, chinois, australien, français… ».

*Des décisions non respectés par des responsables corrompus*
Ce jeune, qui s’est présenté comme un entrepreneur et un acteur maitrisant les rouages de l’ARPS, justifie cette faille par le non-respect des lois congolaises par ces entreprises partenaires du pays. Une autre catégorie qui emboite le pas à ces entreprises est constituée des ministres et des directeurs de la Présidence de la république qu’il a qualifiés de corrompus.
«Comment est-ce possible qu’en votre statut de Président de ce pays, vous prenez une décision, et que vous ministres et directeurs ne respectent pas cela ? Comment cela sera possible aussi longtemps que vos ministres sont corrompus ?» s’est-il interrogé.

*Un stagiaire à la tête de l’ARPS*
Une autre faille relevée par ce même jeune est le profil de l’animateur de l’ARPS. Il a déploré le fait que c’est un stagiaire qui gère l’ARPS. Et il a émis des doutes quant à la probité morale de la personne aux commandes de cette structure.
«Je connais les rouages de l’ARPS, je connais tout ce qui s’y passe. Mais seulement ne nous amenez plus de stagiaire. Parce qu’ils se feront corrompre facilement. Des jeunes présents ici, peuvent travailler et peuvent même exceller.

Ces propos ont, assurément, retenu l’attention du numéro 1 des Congolais, eu égard à l’attention soutenue du père de la Nation, lorsque le jeune congolais.
L’occasion a été propice pour le Président de la république d’évoquer d’autres points au cours de cet échange : les élections, l’emploi des jeunes, …
Au sujet du scrutin, le n°1 des Congolais a appelé les jeunes de participer massive aux prochaines élections tant comme électeurs que comme candidats.

Pour ce qui est de l’emploi des jeunes, le président du Conseil national de la jeunesse a recommandé, auprès des autorités du pays, la prise en compte des jeunes en cas de disponibilité d’emplois. Ce dernier a appelé les parlementaires à élaborer une loi instituant à la formation militaire obligatoire avant le cursus universitaire.

*HL*

Laisser votre commentaire