RDC: Peter Kazadi cité dans le décès précipité de l’épouse d’un huissier de justice

0

 

Le député provincial et cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social ( UDPS), Peter Kazadi est impliqué dans la mort de l’épouse du hussier Zabalega selon un communiqué rendu public, ce mardi 22 novembre par l’Organisation de promotion et de protection des droits humains basée à Lubumbashi, Justicia ASBL. Décès survenu d’une crise cardiaque suite à la séquestration de son mari dans le cabinet de Me Orphée Tshimbadi suivi de son arrestation au Parquet du Haut-Katanga.

 

Me Orphée Tshimbadi et le Procureur général de la Cour d’appel au Haut-Katanga sont cités comme les protégés de Me Peter Kazadi dans cette affaire qui ternit l’image du Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, qui prône un éventuel État de droit.

La société Astalia Investment est opposée dans cette affaire très sensible à la société Octavia de l’homme d’affaires et ancien président du FC St Eloi Lupopo de Lubumbashi, Pascal Beveraggi.

UNE ORDONNANCE FABRIQUÉE

« Justicia ASBL, Organisation de promotion et de protection des droits humains basée en RDC exprime ses vives inquiétudes dans l’affaire judiciaire opposant la société Astalia Investment à la société Octavia de Monsieur Pascal Beveraggi.

C’est à la suite de cette dénonciation de Justicia ASBL poursuivant ses investigations, notamment au greffe du Tribunal de Commerce de Kinshasa/Gombe, a encore été découvert des sources qui ont évidemment reconnu l’anonymat, ce qui suit :
– en présence de Monsieur Peter Kazadi et son client Pascal Beveraggi, le juge Patrick Mbangama Lumu aurait fabriqué une autre ordonnance condamnant clandestinement la société Astalia Investment en faveur de Octavia et NB Mining Africa SA toujours pour conférer le caractère de titre exécutoire à l’arrêt de la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe », renseigne le communiqué de cette ONG.

Peter Kazadi a fait arrêter un huissier de justice en plein exercice de sa fonction, Zabalega Asani. Pourtant, il a été requis conformément aux règles de droit en général et de procédure en particulier, d’harmoniser les contestations formulées par la société ECOBANK RDC SA. Ce, ayant vu son patrimoine être saisi par les sociétés Octavia Limited et NB Mining Africa SA, en exécution d’une ordonnance décriée du tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe.

HALTE À L’ INSTRUMENTATION DE LA JUSTICE

Les ténors de l’ UDPS au niveau de la présidence sont plongés depuis l’arrivée au pouvoir de Félix-Antoine Tshisekedi en 2019 dans des scandales de corruption, de retrocommission, de trafic d’influence.

Plusieurs conseillers sont arrêtés avec une célérité et libérés d’une manière spectaculaire au grand désarroi de la population congolaise. C’est le cas notamment de Vidiye Tshimanga.

Justicia ASBL « prie les autorités compétentes de prendre urgemment des mesures qui s’imposent et estime, au regard de la gravité des faits, que seule la prison peut mettre ces personnes hors d’état de nuire; recommande au Chef de l’État de veiller à ce que des personnes de son entourage n’usent pas de leur influence non seulement pour intimider les magistrats,mais également pour leur faire rendre des décisions iniques par leur de représailles.
Lubumbashi, le mardi 22 novembre », a souligné Justicia ASBL.

GBK

Laisser votre commentaire