Le présidentiable Katumbi tire à bout portant sur la Fatshiphère :  » Je dois sauver un peuple en danger « 

0

 

Le président d’ Ensemble pour la République, Moïse Katumbi endosse le costume d’un éventuel président de la République qui voudrait trouver des solutions concrètes pour le peuple congolais qui est en danger.

C’est ce qu’il a indiqué auprès de nos confrères de Radio France internationale ( RFI) et France 24, ce vendredi 16 décembre.

Plus question d’aller par un chemin sinueux. Désormais il faudrait aller droit au but pour le chairman du TP Mazembe de Lubumbashi. Sauver un peuple en danger, sa gestion de gouverneur de l’ex-Katanga faisant foi.

 » Je dois sauver un peuple en danger. Je vais être candidat, mais je dois faire avaliser ma candidature au congrès de notre parti le 19 à Lubumbashi. Je vais être candidat parce que j’ai une vision pour mon pays et j’ai un bilan quand j’étais gouverneur. Je vais être un président qui ne pleure pas, mais celui qui va trouver des solutions pour le pays (…) Il y a des choses à faire: les infrastructures à refaire, l’armée, l’emploi,… » , a-t-il dit en substance.

C’est la rupture avec le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi et quitte la coalition de l’Union sacrée de la nation ( USN).

« Le bilan du président Tshisekedi est très mauvais, chaotique. J’ai donné des conseils en interne. J’ai proposé un cahier de charge qui n’a pas été considéré », a-t-il souligné.

NON VOTE ÉLECTRONIQUE

Moïse Katumbi s’oppose au vote électronique et privilégie la piste du vote semi- électronique.

 » On ne sera pas d’accord avec le vote électronique, mais avec le vote semi-électronique. J’accorde la chance à la CENI. La solution, c’est la population. Elle doit rester vigilante », a-t-il martelé.

Les élections présidentielles, législatives nationales, provinciales sont prévues le mercredi 20 décembre 2023 par la Commission électorale nationale indépendante ( CENI) dirigée par Denis Kadima.

GBK

Laisser votre commentaire