Kinshasa : la spoliation de l’ex-cimetière de Kasa-Vubu en marche !

0

Jusqu’à preuve du contraire, le cimetière de Kasa-Vubu, fermé officiellement depuis 1959, reste un espace public. Cela suppose qu’ avant d’en faire usage utile, il doit d’abord être désaffecté. Ne voulant l’entendre ainsi, les Congolais, en général, et les Kinois, en particulier, cherchent à l’occuper anarchiquement. Après le départ des maraîchers, des inciviques entrent en lice et passent outre les dispositions légales en matière de construction. Aujourd’hui, des cris d’alarme sont lancés autour de l’occupation anarchique de l’ex cimetière de Kasa-Vubu. Censé protéger cet espace public, l’exécutif provincial de Kinshasa dit n’avoir pas procédé au lotissement de cet espace public. Qui tentent alors d’y construire ? L’opinion s’en interroge.

L’ex-cimetière de Kasa-Vubu, situé dans la commune du même nom et fermé officiellement depuis 1959, fait aujourd’hui l’objet de convoitises de la part des inciviques. Ces derniers, disposant des documents acquis par de moyens douteux auprès des services étatiques, bravent l’autorité urbaine.

 AVEU D’IMPUISSANCE

Dans son communiqué daté du 5 août 2022 portant la signature du ministre provincial en charge des Finances et Budget, Jean Ngoyi Mvunzi, représentant le gouverneur de la ville de Kinshasa en mission, l’autorité urbaine informe le public que, contrairement aux rumeurs qui circulent à Kinshasa, elle n’a pas procédé au lotissement du site de l’ex-cimetière de Kasa-Vubu et n’est impliquée, de près ni de loin à une quelconque opération consistant à l’octroi de parcelles à des individus à cet endroit .

L’ex-cimetière de Kasa-Vubu n’ayant jamais fait l’objet de désaffectation par un arrêté du gouverneur de la ville de Kinshasa, seule autorité compétente et habituée à le faire, ce site reste un espace public.

Ainsi, toute construction érigée sur ce site est considérée comme anarchique et fera l’objet de démolition conformément à la loi.

Des observateurs avertis qualifient ce communiqué d’aveu d’impuissance de la part de l’exécutif provincial de Kinshasa. Car, la convoitise de l’ex cimetière de Kasa-Vubu ne date pas d’aujourd’hui. Même l’autorité municipale locale est informée des menaces de spoliation de cet espace public.

Appelée à veiller sur le patrimoine de sa juridiction, l’autorité urbaine peut-elle se permettre de clamer son innocence sur la situation de spoliation de l’ex-cimetière de Kinshasa ? C’est surprenant lorsqu’on sait que le gouverneur Gentiny Ngobila lui-même ou le commissaire provincial de la Police de de Kinshasa, tous deux, aussitôt alertés, s’étaient rendus sur le lieu pour mettre en garde les inciviques.

La situation de spoliation de cet espace public demeurant préoccupante, il fallait donc s’attendre à ce que l’autorité urbaine soit mise en cause. Ce qu’il y a lieu de faire maintenant, c’est interpeller les services étatiques compétents en matière de lotissement pour que soit mis fin au désordre que l’on doit déplore sur l’ex-cimetière de Kasa-Vubu. Cet espace public, n’ayant pas encore été désaffecté, l’arrêt des travaux de construction doit être décidé sans aucune autre forme de procès.

Econews

Laisser votre commentaire